Sarko vs Ségo

Publié le par SurveySay

L'Express du 16 mars 2006 met en couverture Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal avec ce titre "Qui est le meilleur ?".  On y apprends que "Depuis dix mois, les sondeurs alertent les proches de Sarkozy sur la percée possible de la députée socialiste."  Première question : est-ce vraiment le rôle des sondeurs d'alerter les hommes politiques sur l'état de forme de leur oposants potentiels ? Est-on encore dans le cadre d'une relation commerciale, les institus d'études atant avant tout des entreprises, ou dans une forme d'influence ?

Quoi qu'il en soit Nicolas Sarkozy semble attentif aux enquêtes. Il "énumère les trois conditions qui feraient son élection : le rassemblement de la droite et du centre, la capacité à récupérer une grande partie des voix de l'extrême droite et l'adhésion d'une majorité de l'électorat populaire. «Pour le moment, il se reporte plutôt sur moi que sur elle, selon les sondages », observe-t-il.". Le sondag apparaît ainsi pour le Ministre de l'Intérieur comme un outil de mesure de l'efficacité de son marketing politique

On lit aussi que Ségolène Royal "Elle est d'ailleurs la seule personnalité d'opposition, depuis l'échec de Lionel Jospin le 21 avril 2002, à avoir battu Nicolas Sarkozy en intentions de vote de second tour. Il ne s'agit que d'un sondage, il ne s'agit que d'une seule fois, qu'importe: elle a rendu crédible une victoire de la gauche en 2007, ce qui la distingue de la pléthore de candidats socialistes potentiels." On mesure à nouveau la portée d'un sondage, même ponctuel. Un seul résultat positif dans une intention de vote légitime et crédibilise une candidature et affaiblit les autres.

http://www.lexpress.fr/info/france/dossier/presidentielle/dossier.asp?ida=437367

Publié dans Usages des sondages

Commenter cet article