Concurrence "Dé-Royal"

Publié le par SurveySay

Dans un article publié dans Libération le vendredi 7 avril 2006 et intitulé "Royal en plan médiatique, le PS tique", on apprend que " les écuries des autres «papabili» du PS accusent ­ sans preuve ­ François Hollande de livrer à sa moitié les sondages qualitatifs censés éclairer la direction du parti sur les humeurs des Français. Tout cela est faux, archifaux, selon les amis de Ségolène Royal. A les en croire, son entreprise n'est qu'une PME artisanale qui ne bénéficie d'aucun soutien de la direction du PS."

Les candidats à la candidature seraient-ils irrités par la percée de Ségolène Royal au point de l'accuser de concurrence "Dé-Royal" pour reprendre un jeu de mots rapporté par Libération ? On comprend surtout dans quelle mesure les sondages peuvent constituer une ressource utile dans une campagne, en donnant à celui qui le possède de l'information, donc du pouvoir, sur ceux qui n'y ont pas accès.

Publié dans Usages des sondages

Commenter cet article