Premières conséquences du Congrès de Reims

Publié le par SurveySay

Selon un sondage BVA-Orange publié dans L'Express (jeudi 27 novembre 2008), Dominique Strauss-Kahn demeure le candidat socialiste préféré des Français pour 2012 : avec une score de 32%, il devance Martine Aubry et Ségolène Royal (19% chacune) et Bertrand Delanoë (16%). Les sympathisants socialistes expriment des préférences différentes et désignent en priorité Ségolène Royal (30%) devant DSK (27%). La maire de Lille recueille 20% et le maire de Paris 14%.

Ce sondage enregistre les premières conséquences du Congrès de Reims. Bertrand Delanoë apparaît comme le grand perdant : sa volte-face (le refus de prise de position le dimanche avant l'appel au vote en faveur de Martine Aubry le lundi) le décrédibilise dans l'opinion. Il faisait régulièrement jeu égal avec Ségolène Royal. Il est désormais largement distancé. Trajectoire inverse pour Martine Aubry, qui s'impose lors du Congrès et enregistre une progression notable dans les préférences des Français et des sympathisants. Ségolène Royal revient sur le devant de la scène et montre qu'il faudra compter avec elle. Enfin, Dominique Strauss-Kahn bénéficie de son éloignement géographique et de sa fonction de Président du FMI. Il donne ainsi le sentiment de ne pas participer aux affrontements des ambitions individuelles pour se consacrer à une tâche plus grave, la résolution de la crise financière. Ce faisant, il se pose en recours.

Sondage réalisé par téléphone le 22 novembre auprès d'un échantillon national représentatif de 970 personnes de 18 ans et plus (méthode des quotas). Notice détaillée disponible auprès de la commission nationale des sondages.

Publié dans Législatives

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sunset63 22/12/2008 12:27

Entièrement d'accord avec votre analyse, Delanoë est bien le grand perdant de ce congrès. Quant à Ségolène, bien qu'ayant perdu de peu le congrès, elle a montré qu'elle pesait beaucoup au PS et qu'il faudra compter avec elle. Rappelons tout de même que Hamon comme Delanoë ont appalé à voter Aubry et que pour autant Royal a frolé la barre des 50%. De plus, le prochain congrès en 2011 serait une opportunité éventuelle pour elle de prendre le parti avant les primaires PS pour la présidentielles et de s'affirmer ainsi comme leader incontestable au PS. Royal fait preuve d'une ténacité qui lui vaut le respect.
Quant à Martine Aubry, je ne crois pas en elle. Je pense que son embellie réelle dans les sondages, due à son élection, va diminuer doucement mais surement au fil des mois. Malgré sa grande intelligence, elle fait preuve d'une rigidité et d'un sectarisme, qui peuvent plaire à l'aile gauche du parti, mais qui à mon avis ne peuvent plaire aux Français à plus long terme.
Le facteur inconnu reste DSK. Son éloignement lui profite actuellement au niveau national. Je pense qu'il a les compétences et le niveau pour s'opposer à Sarkozy. Mais sa popularité durera t-elle suffisamment longtemps pour pouvoir revenir en 2011-2012? Aura t-il les réseaux nécessaires pour pouvoir s'imposer aux primaires?
Cette élection de 2012 n'est déjà plus si lointaine et ésperons qu'elle soit aussi passionante que celle de 2007.
C'est une bonne chose que ce blog redémarre. Les articles, bien que parfois polémiques, étaient toujours pertinants et intéressants.