L'usage des sondages par Ségolène Royal

Publié le par SurveySay

Dans un article intitulé "Royal, «cela fait des mois qu'on pronostique sa chute»" publié dans Libération (22 mai 2006), Paul Quinio analyse le rapport de Ségolène Royal aux sondages : "Le message est répété avec trop d'insistance pour être convaincant : Ségolène Royal ne se soucierait pas des sondages. Son entourage assure qu'elle «ne perd pas d'énergie» à ausculter des études et «ne se prend pas la tête» à phosphorer sur la meilleure stratégie pour rester au zénith." Effectivement, nous avions déjà decelé ici la répétition de ce message, répétition qui indique l'existence d'une vraie stratégie de communication.

L'auteur poursuit d'ailleurs ainsi : "Le staff de Ségolène Royal a flairé le danger : sur les sondages, mieux vaut ne pas trop la ramener. Il suffit de laisser parler ces enquêtes qui, depuis l'automne 2005, imposent la députée des Deux-Sèvres comme une évidence. Cette fausse-vraie humilité complète parfaitement la stratégie de Ségolène Royal, qui consiste à convaincre l'électeur qu'elle «fait de la politique autrement»." La stratégie est donc double. D'une part, elle consiste de ne pas commenter les sondages et de les laisser produire un effet positif pour la candidate. D'autre part, il s'agit de théâtraliser une prise de distance destinée à se différencier des autres politiques pour faire passer le message.

Pourtant, les précautions élémentaires vis-à-vis des sondages ne semblent pas être respectées dans l'analyse de l'équipe de campagne de Ségolène Royal : "«Cela fait des mois qu'on pronostique sa chute», fait remarquer son entourage. Certes, «les sondages ne sont pas l'élection», «ils peuvent retomber», et ses amis assurent savoir que «la route est longue». Mais les mêmes la voient mal dévisser, puisqu'elle est «en adéquation avec les préoccupations des Français», avec son concept «d''ordre juste», son discours sur les valeurs, la famille... "

Publié dans Usages des sondages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article