Enterrement de sondages

Publié le par SurveySay

Dans un article intitulé "Ils disent Oui à la fusion Paris-Petite couronne", Le Parisien (jeudi 12 mars 2009) écrit : "Roger Karoutchi ne manque pas de courage politique : le leader de l’opposition UMP à la région aurait pu enterrer ce sondage commandé par ses soins, qui va à l’encontre de ses préférences sur le Grand Paris. Au lieu de cela, il l’a diffusé largement mardi soir, lors d’une réunion sur ce thème avec une centaine d’élus UMP de la région." Le sondage CSA-UMP Ile-de-France montre qu'une majorité des  Franciliens est plutôt favorable à la fusion de Paris et des trois départements de petite couronne (92/93/94), idée que rejette Roger Karoutchi. Le Ministre va donc à l'encontre de ses électeurs et  "Pire : le sondage montre que les plus fervents partisans de cette fusion sont les sympathisants UMP".

Deux choses sont à observer.
D'abord, l'article analyse le fait de prendre des positions contraires à celles de son électorat et/ou de ses administrés comme relevant du courage politique. C'est vrai. Cela est respectable. Mais il s'agit bien de courage, pas de témérité. Le risque est calculé : les positions vis-à-vis de la fusion sont très mitigées(46% des Franciliens y sont plutôt défavorable), ce qui signifient qu'elles peuvent être inversées. Roger Karoutchi gagnerait alors le bénéfice d'avoir convaincu l'opinion de venir sur ses positions.
Autre bénéfice non pas potentiel mais immédiat : la transparence. En terme de communication, Roger Karoutchi, qui est en campagne pour recevoir l'investiture UMP pour conduire la liste aux élections régionales, envoie le message suivant : "je n'ai rien à cacher", message qui s'inscrit en cohérence avec la publication d'une autobiographie dans laquelle il vient de révéler son homosexualité.

Enfin, la pratique de "l'enterrement de sondages", c'est-à-dire la rétention ou la non-divulgation de sondages dont les résultats sont contradictoires avec les intérêts du commanditaires, n'est pas choquante. Les sondages n'ont pas vocation à être tous publiés. Ils servent d'abord à éclairer ceux qui les commandent,et pas nécessairement à informer le public. A ce titre, seuls les commanditaires décident de l'usage des sondages qu'ils ont achetés.

Sondage exclusif CSA/UMP Ile-de-France réalisé par téléphone du 4 au 7 mars 2009. Echantillon représentatif de 745 personnes résidant en Ile-de-France, constitué d’après la méthode des quotas.

Publié dans Usages des sondages

Commenter cet article