L'assomoir

Publié le par SurveySay

Marie-george Buffet a accordé à Libération un entretien publié samedi 17 juin 2006.  A la question "Pourriez-vous être cette candidate en 2007 ?", la Secrétaire nationale du PCF répond ainsi : "On met la charrue avant les boeufs. Nous sommes en train de créer une dynamique avec la mise en place de centaines de collectifs d'union populaire. A plusieurs mois de la présidentielle, on nous assomme de sondages où on ne voit que Sarkozy et Royal. Comme si le scénario était écrit. Je refuse cette vision. Il faut mener le débat pour montrer aux hommes et aux femmes que la politique peut encore changer leur vie. Ne brûlons pas les étapes..."

Marie-George Buffet développe une critique souvent émise par les petits candidats : celle de la confiscation du débat par les sondages. La publication régulière des intentions de vote tendraient à figer les positions des candidats majeurs. C'est oublier que les sondages ne constituent pas un pronostic (il n'y a pas de scénario écrit à l'avance) mais une mesure de la situation à l'instant présent.

En revanche, on peut comprendre que le fait de ne tester dans les hypothèses d'intentions de vote de second tour uniquement le duel Sarkozy-Royal accrédite implicitement cette hypothèse.Pour bien faire, les instituts de sondages devraient tester chaque candidat en duel de second tour face à chacun des autres candidats, soit 120 hypothèses dans le cas de l'élection de 2002 qui a vu s'affronter 16 candidats ! Cela semble techniquement difficile (comment ne pas lasser les interviewés ?), financièrement lourd et surtout peu pertinent d'un point de vue analytique (Quel est le sens d'un second Corinne Lepage-Jean Saint-Josse ?).

Commenter cet article