Popularité versus légitimité

Publié le par SurveySay

Lionel Jospin

Dans un article intitulé "Prêts à en découdre, les jospinistes attendent des instructions de leur chef ", Le Figaro (samedi 26 août 2006) indique que "Les jospinistes, auxquels la lecture des sondages ne peut être d'aucun secours puisque la cote de leur champion reste stable, se rassurent en se persuadant qu'il a pour lui la légitimité, quand Ségolène Royal n'a que la popularité. Les sondages, explique l'un d'eux, ne font pas partie du mode de désignation du candidat du Parti socialiste. «Nous ne sommes pas le Parti démocrate américain ou alors, il fallait le dire aux militants.»" Rappelons quand même que les sondages ne font pas partie du mode de désignation du Parti démocrate américain, qui utilise, comme le PS, la technique des primaires. L'opposition popularité vs légitimité est contestable dans la mesure où d'une part, la popularité alimente une forme de légitimité, et d'autre part, la légitimité (d'origine institutionnelle ou tirée de l'expérience par exemple) est considérablement amoindrie sans popularité.

Commenter cet article