Reynié et les sondages

Publié le par SurveySay

Dans un entretien accordé au Monde (vendredi 15 septembre 2006), Dominique Reynié constate que l'outil sondage n'est pas prédictif mais qu'"Il témoigne du climat de l'opinion, il éclaire l'état d'un rapport de forces entre la gauche et la droite. Ce climat est susceptible de varier beaucoup au cours d'un semestre."

Le politologue obersve ensuite un changement du rapport des électeurs aux sondages. Les citoyens "les ont intégrés dans leur perception et leur choix politiques. Cela pose le problème de la prévisibilité des sondages, leur publication étant susceptible de modifier le comportement des acteurs. " L'électeur prendrait ainsi en compte dans son vote le résultats des sondages d'opinion. Dominique Reynié observe également que "La fascination que les sondages ont pu exercer, comme outil magique capable de prévoir les comportements, s'est fortement dégradée. Notamment en France, où nous avons le record du monde du nombre de sondages politiques publiés - deux par jour en moyenne." La pédagogie des sondages semble donc progresser : ils seraient de plus en plus perçus pour ce qu'ils sont, des indicateurs imparfaits et non des oracles infaillibles. Mieux encore, les électeurs utiliseraient les sondages pour faire passer des messages pendant la campagne : "De plus, au vu de l'importance accordée aux sondages, les électeurs semblent avoir inventé un usage stratégique des enquêtes. Je fais l'hypothèse que certains contrefont leur opinion, non pour cacher leur intention véritable, mais pour jouer avec les effets de la publication."

Pour Dominique Reynié, "une intention de vote en 2006 est plus instable qu'en 1980.", notamment sous l'effet d'évènements de campagne. L'abstention a également un rôle dans cette fragilité plus grande des intentions de vote : "Malheureusement pour la prévision, c'est l'un des facteurs les plus difficiles à évaluer et la question n'est pas posée par les sondeurs dans les enquêtes d'intention de vote." En fait, la question de l'abstention comme du vote blanc ou nul est bien posée par les sondeurs dans leurs intentions de vote, comme le prouvent plusieurs rapports d'intentions de vote publiée. Il est tout à fait possible d'avoir une indictaion sondagière de l'intention d'abstention.

Publié dans Scrutin

Commenter cet article