Une précision de la Commission des sondages

Publié le par SurveySay

Le Conseil d'Etat, siège de la Commission des sondages

Nous indiquions récemment dans un article à propos d'un sondage réalisé "à chaud" après le grand oral de Lens (cf. notre post http://sondages2007.over-blog.com/article-3879737.html), que les résultats devaient être interprétés avec prudence, notamment en raison du faible nombre de personnes interrogées.

A propos de ce sondage, Libération (mardi 26 septembre 2006) a publié une précision de la commission des sondages  : « Si le sondage réalisé par LH2 pour le quotidien Libération et publié dans son édition du 18 septembre sur le choix du candidat socialiste à l'élection présidentielle n'appelle pas d'observations particulières quant aux méthodes utilisées par l'institut, la commission des sondages considère que sa présentation aurait dû être accompagnée à titre de précaution des mentions suivantes : "le sondage a été réalisé auprès d'un échantillon de sympathisants de gauche et de sympathisants socialistes alors que le candidat socialiste sera désigné par les seuls adhérents du PS ;­ eu égard à la taille fort réduite du sous-échantillon de sympathisants socialistes, les résultats obtenus doivent être interprétés en tenant compte de la marge d'erreur importante qui les affecte".» La Commission des sondages exerce son rôle légitimement en rappelant les précautions d'analyse.

Le directeur des études politiques de l'Institut LH2, François Miquet-Marty, publie également dans Libération sa réponse à cette mise au point de la commission des sondages. Il indique ainsi que "La précision de la Commission des sondages, publiée ci-dessus, est légitime dans son principe, comme dans son contenu. Elle est exigeante, car aucune confusion n'a été réalisée dans les colonnes de Libération entre sympathisants et adhérents PS, et car les attentes de la Commission en matière de présentation des résultats sont plus élevées qu'elles ne l'étaient jusqu'ici."

Publié dans Usages des sondages

Commenter cet article