Voynet et les sondages

Publié le par SurveySay

Dominique Voynet lors d'un entretien accordé au Journal du Dimanche (3 décembre 2006) a répondu à la question suivante : "Cette détermination n'est-elle pas entamée par les sondages catastrophiques pour vous ? C'est dur. Encore plus dur que je ne l'imaginais. Notamment parce que les candidats des grands partis monopolisent colonnes de journaux et écrans de télé. Les sondages s'en ressentent. Mais je reste très sereine : en 2002, Noël Mamère était également très bas dans les sondages à quelques mois du scrutin..."

En décembre 2001, soit à la même époque par rapport au scrutin, Noël Mamère était crédité de 7% d'intentions de vote selon TNS (Son score final a été de 5,3%). Par conséquent, l'analyse de Dominique Voynet est partielle : le candidat des Verts n'était pas aussi bas dans les sondages à quelques mois du scrutin. Pour le reste de sa réponse, la candidate, comme tous les petits candidats, impute sa mauvaise performance sondagière à la domination médiatique des grands partis.

Commenter cet article

Thomas 30/12/2006 22:42

1) Belle réduction de l'acte de vote à un acte de consommation; un petit détail dont on a pas fini de mesurer les conséquences. Le mélange des genres pour ma part, je n'apprécie cela que dans le domaine artistique; quand il s'agit de politique, c'est-à-dire de la vie des hommes, c'est effroyable.
2)Il faut le dire et le répéter, mais les marges d'erreur des sondages des instituts français sont fictionnelles, contrairement à ce qu'ils diront, parce qu'ils réalisent leurs sondages avec la méthode des quotas, et qu'il est impossible de calculer lesdites marges avec cette méthode. Mais on sait depuis longtemps que la probité intellectuelle de ces entreprises n'est pas leur fort, mais est-ce bien étonnant, quand il faut faire de l'argent?

Candide 07/12/2006 17:48

sans vouloir jouer au fort en stat. les échantillons de 1000 individus ne peuvent donner des résultats probants pour un nombre ausi faible de suffrage. la marge d'erreur étant supérieur à la fourchette haute du candidat. Dommage que ce ne soit pas signalé en France par les officines spécialisées. C'est vrai qu'elles y perdraient en chiffre d'affaires.

béber 05/12/2006 21:31

difficile à un client d'acheter un article qui n'est pas présenté en magasin....