La progression des idées du FN

Publié le par SurveySay

Selon un sondage TNS-Sofres pour RTL et Le Monde (jeudi 14 décembre 2006), 26% d'entre eux déclarent être tout à fait ou assez d'accord avec le président du FN, soit deux points de plus par rapport à 2005. 70% des personnes interrogées qui se déclarent en désaccord avec les idées du leader d'extrême-droite soit trois points de moins qu'en 2005 mais dix de moins par rapport à 2000, selon cette enquête classique menée depuis les années 1980.

65% des sondés considèrent que Le Pen est plutôt le représentant d'une extrême droite nationaliste et xénophobe, 28% jugent qu'il est plutôt le représentant d'une droite patriote et attachée aux valeurs traditionnelles. Pour 47% des Français, les idées de Jean-Marie Le Pen sont "excessives" (+4 points par rapport à 2005) et 15% les trouvent "justes". Ils sont 34% seulement à les juger "inacceptables" (-5 points). Près de trois personnes sur dix (29%) considèrent que le FN et son président ne représentent pas de danger (pic à 33% en mai 2000) contre 65% qui pensent le contraire (pic à 70% en mai 2002).

Globalement, 39% des Français approuvent les prises de position de Jean-Marie Le Pen sur la défense des valeurs traditionnelles (53% désapprouvent), sur la situation dans les banlieues (33%), la sécurité et la justice (29%) et les immigrés (24%). En tête du "niveau d'adhésion" à ses opinions, arrivent l'affirmation selon laquelle on ne défend pas assez les valeurs traditionnelles en France (70%), celle selon laquelle la justice n'est pas assez sévère avec les petits délinquants (69%) et celle selon laquelle il y a trop d'immigrés en France (59%).

Sondage effectué réalisé les 6 et 7 décembre 2006 auprès d'un échantillon national de 1.000 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Publié dans Scrutin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thomas 30/12/2006 22:06

Belle démonstration d'éclipse de la raison politique par l'opinion politique. On note par ailleurs un type d'instrumentalisation politique classique des sondages: quand les résultats d'une enquête conforte l'opinion qu'on défend, on exhibe les résultats, sur le mode "l'opinion publique est avec nous". Dans le cas contraire, on prétend que les résultats sont truqués. Notre fier militant pourrait par exemple déclarer que cela est la faute du complot du "système politico-médiatique anti-FN".
Il faut toujours prendre la peine d'écouter les militants.

MERENGUE 17/12/2006 17:46

Salutations d'un militant FN.
Exemple de nullité médiatique avec France 3 :

http://www.presidentiellesparty2007.com/article-4932331.html