Baromètre présidentiel de janvier

Publié le par SurveySay

Selon le baromètre TNS Sofres/Unilog pour RTL, Le Figaro et LCI, rendu public dimanche 21 janvier 2007, Nicolas Sarkozy obtiendrait au premier tour de la présidentielle 35% des suffrages (+2 points) devant Ségolène Royal (31%, -2). Jean-Marie Le Pen (FN) recueille 13% d'intentions de vote (+1,5 par rapport à décembre) et François Bayrou (UDF) 9% (+1). Les autres candidats testés ne dépassent pas 3%.

Au second tour, Nicolas Sarkozy l'emporte quel que soit son adversaire: il obtiendrait 52% face à Ségolène Royal (48%), 56% face à François Bayrou (44%) et 85% face à Jean-Marie Le Pen (15%). Ségolène Royal l'emporterait face à François Bayrou par 57% contre 43%, et face à Jean-Marie Le Pen par 78% contre 22%.

L'intérêt pour l'élection présidentielle augmente. 74% des personnes interrogées (+3 par rapport à décembre) disent s'intéresser "assez ou beaucoup" au scrutin. A l'inverse, 26% (-3) affirment s'y intéresser "peu ou pas beaucoup".

Dans les motivations du vote, arrivent en tête la lutte contre le chômage, citée par 44% des personnes interrogées, et l'amélioration du pouvoir d'achat (34%). Viennent ensuite la lutte contre la pauvreté et le financement de la protection sociale (32%), la lutte contre l'insécurité (28%) et la protection de l'environnement (27%).

Interrogés sur le discours d'investiture de Nicolas Sarkozy, le 14 janvier devant l'UMP, 72% des Français indiquent l'avoir soit lu ou écouté en totalité ou en partie, soit en avoir entendu parler. 87% de cet échantillon ont trouvé le candidat UMP "déterminé", 63% "rassembleur", 56% "sincère", 55% "convaincant", 49% "rassurant".

Ce baromètre a été réalisé les 17 et 18 janvier par téléphone auprès d'un échantillon représentatif de 1.000 personnes majeures (méthode des quotas). Notice détaillée disponible à la commission des sondages.

Publié dans Intentions de vote

Commenter cet article

Reveur75 25/01/2007 19:46

Je suis assez d'accord avec l'analyse de surprisesurprise. En tant que militant socialiste, je ne peux que soutenir Madame ROYAL mais je regarde avec beaucoup de sympathie la campagne de Monsieur BAYROU

joel 24/01/2007 18:23

Comme s'il n'y avait pas suffisamment de sujets d'accrochage entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, en voici un nouveau : les RG. Dans son édition du 24 janvier, Le Canard Enchainé affirme ainsi que le ministre de l’Intérieur et président de l'UMP aurait diligenté des enquêtes sur l’entourage politique de Ségolène Royal.

Thomas 24/01/2007 17:56

Bonjour "Surprisesurprise" (d'ailleurs, c'était pas le nom de l'émission de T.V censée faire rire les gens?); je soupçonne un certain attachement partisan à la candidature de M.Bayrou qui brouillerait quelque peu votre objectivité, mais ce ne sont là que des suppositions...

surprisesurprise 24/01/2007 10:00

Bonjour les internautes !

Et si Bayrou était la surprise de ce scrutin ? tentative d'explication.

La campagne est longue, NS a démarré fort mais trés tot, surement trop tot, il dévoile ses armes et cela profitera a ses concurrents dans les dernières longueurs. SR patine severe au démarrage (c'est le moins que l'on puisse dire) mais elle aura l'avantage d'un programme présenté dans les derniers, ceci dit elle et risque d'avoir un vrai problème de crédibilité vis a vis de la fonction suprème. Si elle ne redresse pas radicalement la barre de sa campagne d'ici 2 mois elle sera en difficulté, elle traine déja un handicap certain, même dans son éléctorat de base,c'est dire. Quand a JMLP les français se sont fait trés peur au soir du 2er tour 2002, il ne gouterons pas deux fois au gout du film d'horreur. (sauf evidemment pour ce qui est de son "fond electoral" habituel soit 4.3/4.8 millions de voix max (entre 15.5 et 18.5% selon la configuration du scrutin). La barre du deuxieme tour sera surement plus basse que prévue mais sera nettement au dessus des 19%, surement entre 22 et 25%.

Nous aurons ainsi peut être une arrivée au finish entre 4 candidats etre 18 et 24% (surtout aprés le retrait de N Hulot). F Bayrou qui progresse lentement mais de manière ininterrompue depuis des semaines a devant lui une opportunité unique depuis le début de sa vie politique. Il navigue actuellement entre 9 et 12% dans des eaux qu'il n'avait jamais atteint auparavant et sa campagne n'est pas encore entrée dans sa phase active.

Il suffit de tendre l'oreille dans les conversations de la classe moyenne pour se rendre compte que cette fois ci, son positionnement "accroche" et interpelle (rien a voir avec 2002). Il peut viser une récuperation tranquille d'une bonne part de l'éléctorat chiraquien éffrayé par NS, le centre droit, et surtout une bonne part des déçus du Ségolisme, sans parler des 2/3% d'indecis éternels qui souvent font les élections.

En partant de son "fond éléctoral" actuel de 8% (estimation basse), si SR ne consolide pas ses positions, elle pourrait certainement laisser échapper entre 7 et 8%, (soit un finish pour elle aux alentours de 24/25%, ce qui reste au dessus de Jospin en 2002), ajoutons 2% d'indécis chroniques (et un brin joueur sur ce coup la) plus 7% de chiraquiens (ce qui donnerait un NS a 27/28) cela nous donneraient...24%. Et nous voila avec une arrivée avec photo :)

Visiblement cette hypothèse commence a faire son chemin comme en témoigne cet article de Pierre Luc Seguillon daté du 23 janvier. A consulter ici : http://blog-pl-seguillon.lci.fr/article-120058.html
"C’est le dernier bruit qui court au parti socialiste. Il terrorise les militants mais commence également à sérieusement inquiéter l’UMP. Si Ségolène Royal continue à multiplier les faux pas, elle pourrait bien s’effondrer piteusement et passer à la surprise générale derrière… François Bayrou . Un second tour Bayrou Sarkozy pourrait bien donner la victoire finale au champion centriste !"

Politique fiction ? Evidemment. Mais c'est un scénario comme un autre et peut être pas un scénario aussi improbable que cela, et puis cela mettrait tellement de sel :)
Aprés tout, 1995 comme 2002 nous ont montré que les héros de janvier ne sont pas ceux de Mai :)

Arguments ? Aprés 25 ans de PS/RPR-UMP, le béarnais peut incarner le changement réel et républicain. Une vraie alternance au gout de 3eme voie. Sa "force tranquille", la clarté de ses propositions, son coté profondement humain et son travail de fond en province depuis des mois sont des atouts non négligeables face a la deferlante mediatique trés "gala-starac" à la sauce Show bizz permanent des deux candidats d'en face.

Tout depend dorénavant de sa stratégie de campagne, (sa montée en puissance), et surtout de sa capacité à s'affirmer comme un leader. Sera t'il a la hauteur ? nul ne le sait, mais en tout cas son état major doit déja travailler sur des hypothèses plus ambitieuses qu''en 2002 (ou du moins devrait).

bref, Je ne serais pas surpris qu'il coiffe sur le poteau JMLP et qu'il taquine de pret SR dans la dernière ligne droite (les intentions de votes des indécis se cristallisent dans les 2 dernieres semaines). En cas de second tour face a NS, il aurait toute ses chances. Et si la France s'offrait un finish surprise au gout de moderation sur la forme, de maitrise sur le fond et de réformes réalistes comme objectifs ?

Thomas 23/01/2007 17:58

Pardon auprès des électeurs sarkozystes qui pourraient tomber sur ces lignes, mais je suis content de constater que le Ministre de l'Intérieur obtiendrait un meilleur score face à Le Pen que Chirac 5 ans plus tôt. C'est vraiment un argument de poids pour que les Français fassent leur choix en toute sincérité. Par ailleurs, au vu des commanditaires de l'enquête, les résultats de l'enquête et les items de réponse ne sont guère surprenants... Le fonctionnement ordinaire de l'industrie des sondages, en somme.