Valse

Publié le par SurveySay

Dans un article intitulé "La valse des sondages déboussole la campagne" (Le Monde, jeudi 22 février), Raphaëlle Bacqué analyse l'impact des sondages sur le début de la campagne électorale, et en particulier leurs incohérences : "Huit enquêtes d'opinion par semaine. Des premiers tours simulés entre des candidats, dont une bonne demi-douzaine ne sont pas encore sûrs d'obtenir les 500 signatures qui leur permettront de se présenter. Des seconds tours virtuels entre des hommes et des femmes qui peut-être ne pourront jamais y figurer. Des sondages réalisés avant une émission de télévision censée marquer une étape politique importante, mais publiés après." Le fait que les candidats testés n'aient pas encore obtenu leurs parrainages n'interdit pas réaliser des sondages, qui visent à mesurer le rapport de force présent. Tant que la campagne officielle n'a pas débuté, les sondages se font sur la base de candidatures hypothétiques, mais probables.

Le cas des seconds tours est différent. Le Monde relève plus loin que : "
Le fait de tester des deuxièmes tours virtuels entre des candidats qui ne passent pas le premier tour dans les mêmes enquêtes est en revanche une nouveauté de cette campagne. A dire vrai, pratiquement tous les grands instituts le font, la plupart du temps depuis le mois de décembre 2006. C'est le cas de la Sofres, d'Ipsos, du CSA, de l'IFOP, de LH2." Les instituts testent en effet des hypothèses moins réalistes qu'un second tour Sarkozy-Royal, mais probable comme celles faisant figurer Bayrou. Ce faisant, ils répondent à une critique qui leur a été adressé en 2002 : avoir installé dans l'opinion à coup de sondages de second tour l'idée de la certitude d'un second tour Jospin-Chirac.

Le Monde n'oublie pas pour autant de pointer le traitement médiatique des sondages, marqué par des titres exagérés pour être plus accrocheurs : "Et une valse de chiffres qui alimentent les gros titres des journaux. Samedi 17 février, Le Parisien titrait en "une" : "Elle décroche", en référence à un sondage du CSA où Ségolène Royal... gagnait pourtant 1 point d'intentions de vote, mais était donnée largement battue au second tour par Nicolas Sarkozy (45 % - 55 %). Lundi 19 février, Le Figaro assurait : "Nicolas Sarkozy prend le large", en référence à un sondage de la Sofres qui enregistrait une hausse de 1 point des intentions de vote en sa faveur au premier tour et une Ségolène Royal qui ne bougeait pas."

Le Monde relève ensuite le décalage entre la date de réalisation du sondage et sa date de parution, parfois espacées de plusieurs jours, ce qui atténue, voire invalide, la pertinence de résultats et pose la question de la manipulation : "Y a-t-il eu cependant manipulation dans le choix des dates auxquelles sont réalisés ces sondages ? Tout ce qui relève des baromètres d'intention de vote réalisés par les grands instituts est le résultat d'enquêtes de terrains programmées à l'avance, presque toujours les mêmes jours d'une semaine. Ils sont ensuite publiés selon la décision des clients qui les commandent. Le Point fait ainsi réaliser son sondage Ipsos toutes les deux semaines, toujours aux mêmes dates, boucle ses pages le mardi pour une parution le jeudi."

Commenter cet article

ckelk12bi1 24/02/2007 11:20

Bravo pour votre blog réactif et intéressant. Le Monde a en effet signalé ce problème mais 'nindique pas que si lui-même ne fait pas réaliser de sondage, il rend fidèlement compte des sondages réalisés ...
Les sondages ne sont pas diaboliques. C'est l''usage qui en est fait qui l'est. C'est un amusement très français mais sans doute un simple amusement. L'erreur est simplement de leur accorder plus de crédit qu'il n'en faut. Reste que les sondages indiquent des tendances et c'est là qu'ils jouent un rôle. Si l'on avait bien observé les sondages de 2002 on aurait vu la tendance à la baisse de L. Jospin et à la ahusse de J.M.Le Pen. Recherchons donc s'il y a une tndance et rien de plus. C'est ce qui m'amuse dans les sondages et c'est pourquoi je m'amuse à tenir à jour un tabelau qui les reprend tous depuis J-100. Maisje dis bien que je m'amuse.