Hypothèse

Publié le par SurveySay

François Bayrou connait depuis plus de deux mois une ascension régulière dans les intentions de vote qui le placent aujourd'hui à un niveau de 23%-24%, soit plus de trois fois son score de 2002. Il se trouve ainsi en mesure de se qualifier pour le second tour et de l'emporter. Cette progression a bénéficié du caractère inaudible des "petits" candidats : aucun d'entre eux ne dépasse la barre des 3%. Par ailleurs, la candidature de Jean-Marie Le Pen s'établit certes à niveau plus élevé qu'en 2002 mais reste stable (entre 11% et 13%), ne catalysant que les seuls vote protestataires.

Elle s'effectue également au détriment des deux principaux candidats.
Ségolène Royal est dans la situation la plus dangereuse. Elle a cédé beaucoup de terrain au candidat centriste (de l'ordre de 7 à 5 points)  et se trouve aujourd'hui à égalité avec lui. Elle risque d'être prochainement rétrogradée en troisième place (ce qui sera représenté dans les intentions de vote par le fameux croisement des courbes) et ainsi de ne plus être en mesure de figurer au second tour. Nicolas Sarkozy est lui aussi atteint par l'ascension de François Bayrou. Le candidat UDF capte une partie de son électorat et, surtout, à en croire les enquêtes de second tour, serait le seul candidat capable de le battre.

Partant de ce constat, nous pouvons avancer l'hypothèse que l'élection présidentielle fait l'objet d'une transformation en plébiscite pro ou anti-Sarkozy. Et le candidat en mesure de vaincre la candidat UMP bénéficierait mécaniquement du soutien d'une partie de l'électorat, soutien motivée avant tout par cette capacité et seulement de façon secondaire par une adhésion idéologique. A l'appui de cette thèse, rappelons que la capacité à battre Nicolas Sarkozy telle qu'elle est mesurée par les sondages, a permis à Ségolène Royal d'être investie par les adhérents socialistes. Mais la candidate socialiste ne tiendrait plus cette promesse de victoire sur Nicolas Sarkozy. Et aujourd'hui
seul François Bayrou serait en mesure de l'emporter, ce qui pourrait expliquer en partie son niveau dans les enquêtes d'opinion. La dynamique dont bénéficie le Béarnais ne s'explique pas seulement par cela. Mais cette grille de lecture parait opérante pour rendre compte d'une partie de ce phénomène.

Publié dans Scrutin

Commenter cet article

nosnip 14/03/2007 22:52

Depuis Noël je dis que François Bayrou sera président, c'est le seul a proposer des solutions viables au problèmes. Les autres ne sont que des petits Napoléon (dieu sait s'il était petit). Le Béarnais a l'esprit bien trempé et fort comme ses socles de charrue. En d'autre temps un Béarnais aussi fort costaud a su relever la France. Je ne dirai pas ralliez vous à son panache blanc, mais le 6 au soir Paris vaudra bien une messe.

MrA 14/03/2007 12:00

interessant comme analyse, mais il ya cependant quelque rectifications à faire.
- Par sa position, françois Bayrou , s'il passe au second tour , l'emportera quel que soit le candidat.
- Bayrou représente un autre vote sanction que Le Pen, et bien moins dangeureux. L'rgument "votez utile" sous enedant "ne votez pas extrème" a trouvé la un contreargument de poid.
- Bayrou n'a rien à se reprocher contrairement à certains autres. En effet, il ne paye pas sa femme pour qu'elle reste avec lui, et il ne gruge pas le fisc d'une manière insolente.

Peut être qu'en fait, les gens votent POUR Bayrou, et pas contre un tel ou une telle. Peut être qu'il est la le changement, que les gens votent pour des idées , et pas en se disant c'est le moins pire.

De plus, Bayrou est le plus apte à relancer l'Europe, ce qui signifie que notre avenir passe , à mon avis, par lui.

Thomas 13/03/2007 17:57

Tout comme il n'est pas évident qu'il y aurait une différence de nature irréductible entre un référendum et un plébiscite, il n'est pas certain qu'ils y aient des différences sensibles entre une élection et un référendum/plébiscite, dans certaines configurations (cf. par exemple le second tout en 2002).

Catherine Guibourg 13/03/2007 17:01

je suis d'accord avec cette analyse. Et Sarkozy, en anticipant trop tôt le 2eme tour, et en voulant capitaliser trop sur les supposés électeurs front national ( son discours de Caen, son ministère de l'identité..) va droit dans le mur.
Et Bayrou de plus en plus attire pour ses idées, propositions et programme, attirant des électeurs de gauche et de droite.

Catherine, blog "l'Europe dans la campagne"
http://catymi.blog.lemonde.fr/

Xavier 12/03/2007 18:17

oui cet homme n'a pas l'envergure pour être président et surtout ne pourra gouverner. Oh oui il trouvera bien des gens de gauche ou de droite opportunistes pour faire partie de son gouvernement mais dès que les gros dossiers seront là, les clivages vont se reformer car quel point commun entre les hommes de gauche et de droite sur les grands sujets : 35h > AUCUN, retraites > AUCUN, régimes spéciaux > AUCUN, politique salariale > AUCUN, politiques vis à vis des entreprises > AUCUN... Non la France n'est pas l'Allemagne et ne supporte pas le consensus, la France vit d'affrontements incessants et ce n'est pas la bonne volonté de Bayrou qui changera quelque chose à cela.
Bayrou est le plus grand utopiste qui soit, Besancenot a trouvé bien meilleur que lui !