Décollage

Publié le par SurveySay

Le point (jeudi 15 mars 2007) explique comment François Bayrou tire parti pendant cette campagne de ce qui aurait pu apparaître comme des faiblesses : un petit parti qui devient une équipe soudée, son provincialisme qui en fait le candidat du bon sens, mais aussi "Son manque de charisme, son physique qui faisait dire à Santini qu' « en matière de sondages, il n'y a que les oreilles qui décollent ». Pardi, ça le pose en « Monsieur Tout-le-monde » et les sondages cachent désormais ses oreilles". Le Maire d'Issy-les-Moulineaux André Santini, membre de l'UDF qui a rejoint Nicolas Sarkozy, est un récidiviste en matière de commentaire humoristique sur les sondages. Il avait déjà déclaré à propos d'Édith Cresson, alors Premier ministre : « à force de descendre dans les sondages, elle va finir par trouver du pétrole ».

Commenter cet article

Claude 18/03/2007 23:54

petites ou grandes oreilles on s'en fout : Bayrou... je me souviens de son passage au ministère de l'éducation... un exemple de passivité allant toujours dans le sens des syndicats enseignants. Ca en dit long sur ses capacités à réformer un pays qui en a pourtant tant besoin.

phil 18/03/2007 23:16

Le phénomène qui consiste à parler des oreilles de Bayrou, mais pas de la taille de Sarkozi, montre quelque peu qui contrôle la parole... mais c'est vrai que les oreilles de l'un sont plus grandes que la taille de l'autre

sarkastyk 18/03/2007 11:19

A propos de SANTINI, qui a peut-etre tourné sa veste juste trop tôt, Edgar FAURE, que SANTINI a connu, et qui avait du talent dans cette spécialité, disait (de lui-même): " ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent qui change".
Moralité: N'est Pas EDGAR FAURE qui veut!