Duel sans influence

Publié le par SurveySay

Dans un article intitulé "Conseils de grands anciens aux deux protagonistes", Le Monde (mercredi 2 mair 2007), relate les propos de Michèle Cotta à propos de l'influence du duel télévisé de l'entre-deux-tours : "Le débat de 1981 a plus pesé sur le résultat que celui de 1974, parce que Mitterrand maîtrisait mieux la télévision. Mais aucun des débats auxquels j'ai participé n'a renversé le cours des sondages. Pourtant, ce moment important d'une campagne constitue la seule occasion de juger les comportements humains et politiques des candidats, de mesurer leur énergie et d'assister à un affrontement sur le fond." De fait, l'influence de ce type de débat sur les sondages et sur le vote est marginale : l'échéance est trop proche pour que le cours des choses puisse être inverser et le débat n'est qu'un élément du choix parmi d'autres pour les électeurs indécis. Cela n'enlève rien à l'intérêt et l'utilité de l'exercice.

Commenter cet article

blobby 03/05/2007 16:16

Personnellement je trouve pas spécialement que Ségolène a mené de bout en bout...
Au départ je l'ai trouvée pas mal, lançant de piques bien senties, puis elle s'est effondrée, en s'enmêlant les pinceaux au sujet du redéploiement des fonctionnaires, et enfin elle a attaqué très autoritairement Sarkozy sur des histoires d'handicapés... Comme s'il s'agissait de son domaine réservé.

J'hésitais, mais au final, Sego n'a pas les épaules. C'est un choix par dépit.

steph 03/05/2007 13:42

Ségolène Royal a démontré sa capacité à diriger le pays. Beaucoup pensaient qu'elle ne tiendrait pas le choc et en définitive, elle a mené de bout en bout...
Sa présidentiabilité en sort renforcé !

Thomas 03/05/2007 10:41

On a pu constater qu un programme très clair dans le temps dans les chiffres a été présenté à ce débat aux Français, eux qui demandent de plus en plus de garanties ils auront appréciés sans aucun doute possible.

Mic 03/05/2007 10:37

Une candidate agressive jouant sa stratégie de contestation et de rassemblement à fond, ça ne suffit pas pour mener une politique économique et sociale garantissant un rétablissement du pays. En comparaison avec les autres puissances occidentales, le plus d'état de Mme Royal et l'ouverture économique de M. Sarkozy sont incomparables. La France doit être réformée, et seul le candidat de la droite pourra faire revenir la croissance.

Nadia NADEGE 03/05/2007 04:46

De Montréal, avec 8 heures de décalage, nous venons de suivre le débat en famille franco-canadienne. Ici au Québec, la puissance d'une femme et sa capacité à maintenir une vision stratégique forte pencherait très favorablement en sa faveur, mais en France - que j'ai quitté il y a 10 ans - est-ce que cela fera plutôt peur ? C'est avec cette question que nous quittons le petit écran. Nouas avons hâte de voir les résultats dimanche et sommes conscients que l'avenir de la France prendre une couleur bien différente en fonction du vote majoritaire.
Nadia, de Montréal