Royal, meilleure candidate socialiste

Publié le par SurveySay

 Selon un sondage LH2 publié par Libération (mardi 17 octobre 2006), à la question "parmi les personnalités socialistes, laquelle serait le (la) meilleure présidente de la République?", Ségolène Royal est choixi par 40% des Français, contre 25% pour Dominique Strass-Kahn, 11% pour Laurent Fabius, 24% ne se prononçant pas. Une majorité de Français (52%) considère qu'elle "serait le (la) meilleure(e) pour battre la droite en 2007. L'écart en faveur de Ségolène Royal est plus faible lorsqu'il d'identifier "le meilleur candidat pour débattre lors d'un face à face télévisé avec Nicolas Sarkozy" : elle obtient un score de 38% alors que Dominique Strauss-Kahn remporte 34% des voix.

Face à Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius, Ségolène Royal est toujours celle à qui les personnes interrogées font "le plus confiance" pour "lutter contre les inégalités" (49%), "représenter la France à l'étranger" (43%), "lutter contre le chômage" (39%), "réduire l'insécurité des personnes" (39%), "accroître le pouvoir d'achat" (36%) ou "dynamiser la croissance" (34%), Dominique Strauss Kahn, arrivant la plupart du temps en seconde position, tandis qu'une part importante (entre 18% et 25%) des interrogés ne peuvent se prononcer.

Le sondage a été réalisé le 13 et 14 octobre auprès d'un échantillon représentatif de 1.003 personnes (dont 462 sympathisants de gauche parmi lesquels 245 sympathisants socialistes).

Publié dans Meilleur candidat

Commenter cet article

béber 18/10/2006 17:46

A PROPOS DE LA PERFORMANCE DES SONDAGES LH2

http://www.humanite.presse.fr/journal/1992-09-01/1992-09-01-659483

béber 17/10/2006 21:23

qui est derrière l\\\'organisme LH2 ?ifop = parisot ( medef)bva = pebereau ( marceau investissement)" extrait :
CHASSE-CROISE CHEZ LES SONDEURS. <H1>CHASSE-CROISE CHEZ LES SONDEURS.</H1> L\\\'Expansion
Les changements de têtes récents dans les états-majors de plusieurs instituts ne sont pas sans rapport avec les affrontements de la campagne présidentielle.

A la Sofres, Jérôme Jaffré, taxé de balladurisme, reste vice-président, mais doit céder sa fonction de directeur des études politiques à Philippe Méchet (de Louis Harris), moins marqué politiquement. Chez BVA, Jean-Louis Missika (ancien responsable du service d\\\'information de Matignon sous Rocard) remplace Pierre Giacometti, qui passe à Ipsos. Ce transfert s\\\'explique, lui, par une divergence de vue entre Giacometti et Georges Pébereau, le patron de Marceau Investissements, actionnaire de BVA. Le premier aurait souhaité le passage de BVA sous le contrôle d\\\'Ipsos, deuxième institut français après la Sofres, alors que Georges Pébereau n\\\'aurait accepté qu\\\'une alliance à 50-50."http://www.lexpansion.com/art/134.0.117265.0.html