Villepin et les sondages

Publié le par SurveySay

Dominique de VillepinLe Premier ministre connaît une série de sondages défavorables liée à plusieurs éléments : la contestation du Contrat Première Embauche (CPE), l'affaire du Clemenceau, la gestion polémique de l'épidémie de chikungunya et la menace de grippe aviaire. Dans ce contexte, interrogé par la presse sur ces mauvais sondages, Dominique de Villepin en déplacement à Marseille a déclaré : "Je ne suis pas spécialiste des sondages. Ce que je sais, c'est que quelles que soient les difficultés, quels que soient les aléas, quels que soient les trous d'air qui peuvent exister, quand une action volontaire et déterminée est engagée, il faut garder le cap". Il faut "continuer à avancer, à faire mieux, à être instruit par les leçons de l'expérience", a-t-il déclaré, ajoutant qu'il le ferait avec "humilité", "constance", "détermination et aussi beaucoup d'ambition pour la France".

On retrouve la fameuse question "Que faire face à des sondages défavorables ? Maintenir sa position ou l'assouplir". La réponse apportée par le Premier ministre est claire : il se pose en partisan de la détermination, du maintien et du volontarisme. Les sondages sont décrits comme des accidents de parcours sur une route tracée qu'il faut continuer à parcourir. Il nuance cependant sa position pour ne pas paraître trop têtu, trop sourd à l'opinion en souhaitant tirer avec "humilité" les "leçons de l'expérience".

Si cette série de sondages se poursuit, si la baisse s'amplifie traduisant un mécontentement grandissant, il n'est pas certain que la détermination du Premier ministre reste entière. Pour éviter que son action soit perçue sous l'angle de l'obstination, le Premier ministre pourrait être amené à réviser sa position, à l'instar par exemple de ce qu'avait fait son prédécesseur Edouard Balladur avec le CIP, pour retrouver des marges de manoeuvre. En année pré-électorale, nul doute que le Premier ministre sera très attentif aux choix qu'il devra faire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article